Les industries de Saint-Chamond

En 1848, Germain Morel, fils du maître de forge Antoine Morel à Saint-Chamond, s’associe avec Mrs Pétin et Gaudet, maîtres de forge à Rive-de-Gie, pour créer à Saint-Chamond «Morel et Cie». En 1854, la société devient «Compagnie des Hauts Fourneaux, Forges et Aciéries de la Marine et des Chemins de Fer», avec un nouvel associé, l’anglais Jackson.

En 1880, Saint-Chamond devient la capitale mondiale de l’industrie du lacet. Fondation de cette industrie par Charles-François Richard secondé par son fils Ennemond Richard. Dix-huit ans plus tard, naît la société des Manufactures Réunies qui regroupe dix des plus grands fabricants de lacet.

En 1931: fermeture du tramway électrique de St-Chamond.

En 1950: dans les années 1950, tandis que la ville voit la fermeture de sa dernière mine au Clos Marquet, les Forges et Aciéries entrent dans le groupe Creusot-Loire, qui compte 28 usines et 39 000 employés dont 3 100 à Saint-Chamond.

La « taille » des années 1950. L’abattage se faisait au marteau piqueur et le charbon était évacué par de petits convoyeurs. Les mineurs travaillaient en 3 x 8, dans une ambiance poussiéreuse à 30 °C.

Publicités
Cet article a été publié dans Histoire de Saint-Chamond - L'industrie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s