Historique des aciéries de la marine à Saint-Chamond

1) Compagnie des Hauts-Fourneaux, Forges et Aciéries de la Marine et des Chemins de Fer

Cette société, créée le 14 novembre 1854, a son siège à Saint-Chamond, elle est issue de la fusion :

–          des établissements « Pétin-Gaudet » de Saint-Chamond et Rive-de-Gier,

–          des « Établissements Jackson frères » de Assailly, de la société « Neyrand-Thiollère, Bergeron et Compagnie » de Lorette,

–          de la Société « Parent, Schaken, Goldsmidt et Compagnie » de Paris.

Sa première raison sociale est alors : la Compagnie des Hauts-Fourneaux, Forges et Aciéries de la Marine et des Chemins de Fer.

Dès l’origine la compagnie produit des éléments pour le chemin de fer tels : des roues, des axes… mais aussi des éléments pour l’industrie lourde et la marine entre autres.

L’entreprise exploite également des locomotives à vapeur de chantier sur le site de Saint-Chamond

Progressivement elle étend ses implantations :

–          1881 usine du Boucau

–          1903 usines d’Homécourt et du Haumont.

1) Cie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt

En 1903 est opéré la fusion avec la société : Vezin Aulnoye située à Homécourt. Dès lors la raison sociale sera changée en : Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt.

Durant la Première Guerre mondiale débute la construction de locomotives pour le chemin de fer et la consstruction du char « le Saint-Chamond ».

Le char de rupture Saint-Chamond est le deuxième char d’assaut produit par les Français, au cours de la Première Guerre mondiale.

Le Saint-Chamond était un véhicule imposant, bien plus grand que son rival. Il était en effet plus long de plus de deux mètres, et plus lourd de huit tonnes.

Cependant, malgré son handicap de masse, il était capable d’une meilleure vitesse de pointe, grâce à son moteur plus puissant. Malheureusement, ceci n’était vrai que sur route, car une fois dans la boue, le long nez avait tendance à se ficher dans le moindre accident de terrain. De plus, la transmission ayant tendance à chauffer, nombre de chars tombaient en panne avant même d’atteindre les lignes ennemies. Les chenilles étant également trop faibles, les patins de chenille cassaient facilement à cause du poids considérable du char. Néanmoins, à la fin de la guerre, lorsque le front bougeait, il devint utile pour atteindre l’artillerie.

À la suite de la guerre 1914-1918, est créée la « Compagnie de Dépôts et d’Agences de Ventes d’Usines Métallurgiques » (DAVUM), chargée des ventes en France et à l’étranger (DAVUM Exportation).

En 1919, la société commence la production de locomotives à vapeur pour les grandes compagnies.

En 1923, cette production est transférée vers les nouveaux ateliers de la Péronnière où elle durera jusqu’en 1949 pour les locomotives à vapeur.

À partir de 1935 débute la construction de locomotives électriques et une gamme spéciale sera créée pour les chemins de fer industriels en 1948.

Après la guerre 1939-1945, la Compagnie concentre son activité dans la Loire, en 1950 elle apporte à SIDELOR ses établissements de l’Est et du Nord.

Dans les années 50/60 elle va construire la série des fameuses 65500 pour la grande ceinture dans son usine de St Denis.

1) Cie des Forges et Aciéries de la Marine et Saint-Etienne

En 1952 la Compagnie fusionne avec la « Compagnie des Aciéries de Saint-Étienne », la nouvelle entité se dénomme : Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et Saint-Etienne.

2) Cie des Ateliers et Forges de la Loire

En 1954 la Compagnie s’associe avec, les « Etablissements Jacob Holtzer », l’Usine de la Loire, et les « Aciéries et Forges de Firminy », il en découle une nouvelle dénomination : Compagnie des Ateliers et Forges de la Loire.

3) Marine-Firminy

En 1961, la Compagnie fusionne avec les « Aciéries et Forges de Firminy » pour donner naissance à la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine, Firminy et Saint-Etienne qui devient Marine-Firminy en 1968.

La production de locomotive cesse en 1968 avec comme ultime machine une locomotive diesel de type A1AA1A 68000 pour la SNCF.

4) Creusot-Loire

En 1970 Marine-Firminy propriétaire de la Compagnie des Ateliers et Forges de la Loire, s’associe avec Schneider propriétaire de la Société des Forges et Ateliers du Creusot (SFAC). Il découle de cette association, la société Creusot-Loire.

–         Le VAB véhicule de l’avant blindé. C’est actuellement le véhicule de transport de troupes le plus répandu dans l’armée de Terre française. Créé pour transporter les combattants sur le champ de bataille en les protégeant de la mitraille, des éclats et des risques NBC, il a été décliné en de nombreuses versions. Il est facilement aérotransportable.

Il est aujourd’hui produit par Renault Trucks Défense, branche de Renault Trucks, en partenariat Giat industries.

–          Le Nautile est un sous-marin de poche habité de l’Ifremer. Il a été fabriqué par une équipe d’ingénieur et d’ouvrier de la DCN de Toulon (nommé aujourd’hui DCNS Toulon) ainsi qu’aux ateliers de Creusot-Loire à Saint-Chamond.

Il a été mis en service en 1984 et peut plonger jusqu’à 6000 mètres de profondeur. Il est utilisé pour des missions d’observation, de mesures, de prélèvement d’échantillons, d’assistance aux sous-marins en difficulté, d’interventions sur épaves. Il est par exemple intervenu sur les épaves du Titanic (32 plongées réalisées par 3 800 mètres de fond en 1987.

En 1985 le groupe dépose son bilan et doit fermer.

Liens :

Site des anciennes aciéries de Saint-Chamond (Saint-Etienne Métropole, Cerpi…):

http://fr.calameo.com/read/000040953aeae5d64cba7

Site de la ville de Saint-Chamond :  http://www.saint-chamond.fr/

sur Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Chamond

Publicités
Cet article a été publié dans Histoire de Saint-Chamond - L'industrie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Historique des aciéries de la marine à Saint-Chamond

  1. Voulez-vous s’il vous plait préciser ce que vous désirez par rapport à notre blog merci

  2. mr mirabet dit :

    bonjour qui a des infos sur les tracteurs a chenilles st chamond

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s